AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où sommes-nous ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Où sommes-nous ?   Ven 7 Nov - 19:27

Suite du topic sur East Blue / QG de la marine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Dim 9 Nov - 14:20

Peu après que tout le monde est dit oui pour rejoindre Grand Line, on se sépara enfin. Cette réunion avait été allongée par rapport à celles de d’habitude. Ce qui avait été plus que pénible pour Tenma qui n’aimait pas vraiment ça. Et quel ne fut pas son soulagement en sortant de la salle ! D’ailleurs elle fut la première à quitter les lieux pour se rediriger vers sa chambre. Elle ne perdit pas de temps pour rassembler trois ou quatre affaires. Le départ était prévu pour tout à l’heure, ce n’était pas le moment de prendre son temps. Pourtant elle fut la dernière à monter sur le bateau, pour la simple et bonne raison qu’elle passa plus d’une demi-heure à chercher une brosse, qui depuis le début se trouvait dans sa valise. Son bagage n’était pas bien gros et donc par conséquent pas bien lourd. Il y avait à l’intérieur seulement deux brosses, des chouchous et autres accessoires pour cheveux. On retrouvait aussi deux, trois tenues ainsi qu’un petit pyjama. Il n’y avait que le strict nécessaire dans sa valise. Et pour rassembler ses biens, elle avait eu besoin de toute une après-midi il faut dire. Ce qui était parfaitement normale au vu de son statut. Après tout, elle était une femme et comme toutes les femmes elle avait besoin de temps. Elle, plus que quiconque. Apparemment tout le monde l’attendait sur le quai. Elle aurait bien voulu leur sortir une phrase sarcastique mais elle préféra se retenir. Pas la peine de dégrader la bonne ambiance s’il y en avait une…
Après que tout le monde soient montés à bord du navire, on mit enfin les voiles et on quitta le QG d’East Blue, heureux de ne pas aider à réparer les dégâts. Du moins c’était le sentiment qu’avait Tenma. Cette tache convenait très bien aux marins de bas-étages et elle n’en faisait pas partie, et puis pourquoi devrait-elle aider à réparer hein ? Elle ne savait pas faire ce genre de travail et puis c’était beaucoup trop difficile pour elle. Et comment pouvait-on vouloir lui demander de mettre ses douces mains à contribution pour reconstruire des bâtiments et autres ? Il fallait être taré pour ça ! Un bon coup de bazooka et elle allait les réparer vite fait tous ces bâtiments ! Non mais !

Seule dans son coin, elle s’était installée sur le pont, et son arme à ses côtés, elle regardait l’horizon, prête à dégainer et à couler. Le voyage se passa sans trop de problèmes, on évita quelques tempêtes et on détruisit sans aucune difficulté des petits bateaux pirates. Mais ça avait été ennuyants et sans grands intérêts. Ce n’était même pas de vrais combats. En un coup, ces forbans étaient déjà morts. Donc, rien de bien captivant. En tout cas pas pour elle, qui jours après jours se morfondait encore plus. C’était la partie qu’elle détestait le plus dans les voyages. Elle était assise dans son coin et guettait un ennemi potentiel qui manifestement ne pointait jamais le bout de son nez. Les journées se ressemblaient toutes, longues, très longes et mortellement fatigantes tellement on ne faisait rien. Plusieurs jours passèrent ainsi. Tenma ne savait pas vraiment combien, elle n’avait pas fait le compte mais si on lui aurait demandé son avis, elle aurait sans doute répondu que ça faisait plus de deux mois. Certes c’était très exagéré mais elle n’avait aucune crainte à avoir sur ça, car personne ne lui demanda son avis et elle ne put donc pas donner d’informations erronées. Elle se serait bien fait quelques coups de bazooka mais pour tirer où ? Il n’y avait rien à détruire, rien à viser. Et elle ne pouvait tirer sur son propre navire, donc faire joujou avec son arme était complètement impossible. Cette enfant boum boum n’avait rien pour faire passé le temps. Pouvait-on comprendre ce qu’elle ressentait ? Elle était privée de joie et d’amusement. Elle n’avait rien d’autre à faire et en même temps elle ne savait pas faire grand-chose. La cuisine ? A part faire cuire des pâtes à l’eau elle ne savait rien faire d’autres. La musique ? Elle ne jouait d’aucun instrument et puis elle n’avait aucune envie de faire profiter ses compagnons de ce genre de choses. Non vraiment il n’y avait rien à faire pour elle. Car si on ne l’appelait pas pour tirer avec son bazooka, elle était une vraie bonne à rien et pouvait engendrer catastrophes sur catastrophes si on lui faisait faire des choses compliqués qu’elle ignorait totalement. C’est alors qu’elle eut une brillante idée, il y avait bien une chose qu’elle savait faire hormis se servir de son arme. Elle savait danser le classique et ça ne s’oubliait pas, c’était comme le vélo. Discrètement, elle alla à l’arrière du bateau pour danser. Il faut dire qu’elle n’avait pas spécialement envie de montrer aux autres cette danse. Elle ne tenait pas à entendre leurs préjugés ou autres. Et à compter du moment où elle se mit à danser, le temps passa beaucoup plus vite pour elle. On ne l’entendit plus soupirer ou même se plaindre.

Elle ouvrit grands la bouche et les yeux en entendant dire qu’on arrivait déjà aux deux cap jumeaux. Elle eut envie de pleurer en constatant que tout c’était bien passé…il n’y avait pas eu le moindre petit pirate avec la moindre petite prime. Quelle peine ! Le navire s’engouffra alors dans les deux cap. Bien sur, on n’eut aucun problème. Et tandis qu’on se cramponnait comme on pouvait, parce que si le bateau était résistant et solide il faut avouer que ça bouger un peu, Tenma semblait s’amuser comme une folle. C’était amusant de voir que le bateau était aussi secoué et puis ça allait vite et ça lui faisait penser à un manège dans un parc d’attractions mais elle ne se souvenait plus duquel. Finalement le petit tour fut fini et on arriva enfin dans Grand Line. Le navire n’avait subi aucun dégât au vu de sa résistance et sans attendre plus longtemps, l’équipage continua sa route. Et comme elle n’avait rien à faire, Tenma se remit à la danse, son bazooka à côté d’elle au cas où un bateau pirate arrivait. Mais on n’en croisa aucun bizarrement. Enfin Whiskey Peak fut en vue. Tenma s’arrêta enfin. Elle avait tellement dansé qu’elle aurait pu préparer un spectacle, elle avait toutes les danses pour ça. Néanmoins elle n’était pas fatiguée et semblait au contraire plus débordante d’énergie que jamais. Finalement cet ennuyeux voyage ne s’était pas trop mal passé. Elle ne reconnaissait pas vraiment cette île et se demanda un long instant où est-ce qu’elle avait atterrie. Enfin elle haussa les épaules, la vérité est qu’elle s’en fichait royalement. Et apparemment personne ne savait quelle était cette île. Elle chercha alors de l’œil le Vice-amiral et dès qu’elle sut où il se trouvait, elle courut vers lui tout en lui faisant signe de la main et en criant. Elle avait quelque chose d'important à lui dire.


« Teru Ra’-sama ! Teru Ra’-sama ! »

Généralement lorsqu’elle rajoutait « sama » devant son nom c’était parce qu’elle avait quelque chose à lui demander. On aurait pu penser que ce qu'elle allait lui confier à cet instant précis était d'une extrème importance. Car elle n'avait pas l'habitude de demander grand chose ni de parler à vois basse. Le Vice-amiral pouvait ouvrir ses oreilles. Elle lui chuchota.

«Suis-je bien coiffée ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Dim 9 Nov - 21:44

Tout le monde avait accepté de partir pour le Grand Line, ce qui n’étonna guère personne tous étaient sûrement impatient de prendre la mer pour échapper à la reconstruction du QG en sale état. Mais le Débriefing continua quelques minutes encore après, quand ce fût fini la première personne à sortir était le lieutenant Tenma qui avait l’air assez presser de sortir de la salle, quand à Geod il se leva lentement et alla prendre son katana planter sur la carte, puis le remit dans son fourreau. Après avoir fait ça le colonel s’alluma une clope et sortit de la salle à son tour. Il commença tranquillement à marcher dans les couloires mais au bout de cinq minutes il ne savait plus ou était sa chambre, il s’arrêta d’un coup pour regarder autour de lui pour son bonheur et pour le malheur d’un marine, Titania stoppa un soldat pendant qu’il passait à coter de lui dans un premier temps l’homme fût surpris, il tenta de se dégager mais quand le colonel lui mit sa lame sur la gorge et que ses yeux le regardèrent comme ceux d’un prédateur avant de dévorer sa proie, le marine commençait à pâlir mais Geod lui fît comprendre assez vite qu’il était un officier supérieur et qu’il devait trouver sa chambre. L’homme accepta d’un signe de la tête même si il était terrifier pendant toute la marche, les jambes du soldat trembler et il bafouiller beaucoup quand il tenter de communiquer avec Titania. Arriver devant la chambre le colonel ordonna au trouffion de rester la à l’attendre lui faisant comprendre qu’il n’oublier jamais un visage surtout de ce qui lui obéissez pas. Geod entra tranquillement dans sa chambre et prit son sac qui était toujours prêt au cas où il devait partir vite, dedans il y avait une chose vital pour lui des baquets de cigarettes, et des pierres à aiguiser et pleins d’autres choses pour sa survie en haute mer. Il ressortie de la chambre le sac sur une épaule, il regarda si le marine était toujours la, c’était le cas l’homme était la le visage reflétant bien la peur qu’il éprouver, l’officier lui ordonna de l’emmener au quai car c’était sa prochaine destination et surtout devait y retrouver els autres membres de l’équipage. Le pauvre soldat stoppa son geste devant une entrée et lui indiqua que c’était ici l’entrée du quai, Titania le fixa et marcha vers l’issue, il passa devant le marine sans lui adresser un moindre remerciement ou regard, mais l’homme avait l’air soulager de la réaction de son officier supérieur. Le bretteur arriva sur le quai en premier, il du attendre le reste, pour cela il balança sa premier clope et en ralluma une autre tout en fixant l’entrée du quai. Les autres arrivèrent à tour de rôle, quand tous furent arrivaient, ils montèrent dans le navire avant de se mettre en route pour le Grand Line, Geod alla directement vers la poupe du bateau pour y voir le QG en reconstruction, il fît sortit un cercle de fumer de sa bouche qui englober le QG. Le colonel était bien content de partir car les pirates qui lui avaient ou plutôt leurs avaient échappé était en route vers le Grand Line et donc Geod retrouverait sûrement Ener sur sa route ce qui eu pour effet de dessiner un sourire sur son visage.

Pendant le trajet le navire eu à affronter les éléments du temps que ça soit tempêtes, pluies, chaleur mais aussi la racailles des mers qui ne faisait pas long feu, ce qui déplut beaucoup au bretteur qui ne tua pas autant qu’il ne le voulait, mais surtout ses katana commencer à rouiller à ne plus recevoir de sang pour ceux nourrirent. De plus l’ambiance sur le bateau n’était pas un plaisir mais ce la ne gêna pas Titania qui était plutôt solitaire et donc se retrouver souvent seul sur la poupe ou dans la cale du navire à dormir ou à fumer tout en pensant comment battre les possesseurs d’un fruit car Ener n’ai pas le seul à posséder un de ses satanés fruit. Mais il commença assez vite à se remettre à son entrainement sur le pont supérieur du navire, il faisait danser ses lames pendant des heures et des heures avant de stopper pour manger et dormir un peu mais l’homme était dans une telle dynamique que c’était devenue quasiment un rituel sur le navire. Geod servie aussi de vigie pendant un moment car il devait el faire chacun à son tour, ce qui ne dérangea pas le bretteur qui voyait en ça un avantage pour voir les navires pirates approcher et être le premier à les attaqués, c’était une idée assez simpliste mais il devait bien trouvait une motivation pour le faire. Après plusieurs jours de mer l’équipage du Screwed‘ arriva à l’entrée du cap des jumeaux, le colonel était content car cela voulais dire qu’il allait enfin rencontrer de vrais adversaires capable de rivaliser avec lui voir le battre, ce qui était source de motivation pour cet officier de la marine. Le bateau passa tranquillement Reverse Mountain sans encombre, pendant la descente du navire Geod c’était accrocher au mat avec une main et fumer tranquillement une clope tout en restant de marbre devant cette scène qui était pourtant grandiose, à coter de lui quelques uns avaient l’air même de s’amuser. Ils passèrent près de la maison du vieux médecin qui ne sortit pas de sa maison, sûrement par peur vue que la marine n’était pas vraiment sa tasse de thé. Le bretteur avait déjà voyagé de nombreuses fois sur le Gand Line venant lui-même du Nouveau monde il était passé par ici pour rejoindre East Blue, en continuant leurs route une île apparût devant leurs yeux. Titania avait beaucoup voyager sur Grand Line mais cette île ne lui disait rien, mais en même temps il s'en ficher pas mal car ce n'était pas son prblème, à tout les coups c'est une île déserte vue son aspect misérable qui ne plut pas beaucoup à l'officier. Geod fumer encore une cigarette sur le pont tout en regardant l’île en attendant les ordres de son capitaine si il allait accoster ou pas, en même temps il était déçut car il n’y aurait sûrement pas de pirates ici.


Dernière édition par Geod Titania le Lun 10 Nov - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Lun 10 Nov - 3:37

Comme les autres Death avait rejoint ses quartiers après la réunion pour se préparer au départ. Ayant déjà ses deux colts sur lui celui-ci s’équipa de sa ceinture à dynamite qu’il fixa en bandoulière et dût activer la capacité de son fruit du démon afin de passer à l’âge adulte et s’armer de sa croix. Il ouvrit également un tirroire dans lequel étais rangés plusieurs paquets de cigarettes, il en mit quelques un dans ses poches et une fois rassuré de ne rien avoir oublié sortit en refermant la porte derrière lui. Il marchait dans les couloirs en directions des embarcadères, lieu de rendez vous fixé par le Vice Amiral
Le commandant qui détestait attendre autant que faire attendre était arrivé à l’heure juste et peu après l’encre fût levée pour le départ. Le navire étais chargé autant quand munitions qu’en matelots prêt à œuvrer pour accomplir à bien la traversé de ses eaux dangereuses. Néanmoins les plus hauts gradés présents sur le bateaux étais tous assigné à un poste selon leurs spécialités et avait reçu l’ordre de ne pas se ménager en cas de complications.

Bien qu’il n'y avait jamais été Death savait le voyage long et périlleux et se savoir condamné à rester sur le navire jusqu’à leurs arrivées ne l’enchantait pas des masses. En effet depuis que ce dernier avait ingéré par mégarde un fruit du démon il se sentait mal à l’aise sur la mer, sans doute parsqu’il s’y savait extrêmement vulnérable. Quoi qu’il en soit à peine étaient ils parties que Death comptait déjà les jours le séparant de la terre. Les premiers jours passèrent plus vite qu’il ne l’aurait cru, mais gagné par l’ennuie le reste du voyage lui semblait être une éternité, il avait déjà bien entamé sa réserve de clopes et espérait toujours apercevoir une ile propice à une escale caché derrière une vague. Ce n’est pas le peu d’action rencontré jusqu’à présent et l’ambiance froide sur le navire qui remédiait à son problème, néanmoins chacun sur le navire paraissaient calmes et serins.
Seul la traversé de revers mountain lui avait offert un spectacle digne de se voyage, bien qu’on lui en avait brièvement parlé auparavant le voir de ses propres yeux étais tout autre. Suite à une ascension quasi-totale le navire s’était ensuite lancé dans une descente vertigineuse amortissant sa chute sur les eaux de Grandline. Ils y étaient enfin, tous flottaient sur les mers qui se disaient abriter les plus dangereux pirates de ce monde. Death savait avoir accomplie le plus gros du voyage, mais sans doute pas le plus périlleux. A partir de cette ligne n’importe quoi, n’importe qui pouvaient leurs faire obstacle… le danger semblait l’avoir motivé, debout sur le pont du navire celui-ci avait un pied sur la rambarde et armer de sa croix perchée sur son épaule Death plongea son regard vers l’horizon.



*Bordel... Me suis rarement autant fait chier*


Ce dernier alluma une énième cigarette et resta ainsi un long moment anticipant une quelconque rencontre qui viendrait rompre sa monotonie. Bientôt une ile signalée par le Cnl Geod apparue au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Lun 10 Nov - 20:36

[ HRP: On est vraiment tous des gros fumeurs ici! XD ]

Ces réunions me tuaient, à petit feu, chaque paroles ravivait une plaie, ces paroles cruelles et sévères du capitaine Mello. Cet homme était un monstre, mais en refléchissant un peu, notre équipage était un cas, ça la marine?! Bah il est drôle le gouvernement, nous ne sommes qu'un petit groupe d'assassins sans coeurs, n'intégrant que la marine pour ses avantages, c'est à dire avoir un salaire, être nourris logés, et pas avoir d'emmerdes avec ces connards d'amiraux, enfin... c'était mon point de vue, et il semblait être omniprésent dans toutes les têtes des Screwed'. Le briefing avait été mortel, une pièce sombre, une voix ténébreuse aboyant des ordres cruels sans la moindre gêne, mais tout cela n'était pas grave, car ma cruauté devait égaler celle de mon capitaine, après tout, j'étais un pirate repenti. Bref, ces réunions ressemblaient plus à un interrogatoire qu'autre chose.

Enfin, on nous libéra, mais ce rabas-joie de Teru nous annonça que ce bonheur qu'est la liberté ne durerait que quelques heures, jusqu'à ce que nous noous rendions sur Grand-Line, la pensée que je devait me préparer pour un tel voyage me vint tout de suite à l'esprit, et j'accouru à mes quartiers pour y rassembler mes affaires. Je m'équipai premièrement d'une bonne dizaine de kilo de tabac, puis un bon paquet de papier à rouler, ce qui m'étonna, c'est qu'après avoir fourré tout cela dans mon sac, je me dit qu'il n'y avait plus rien à mettre, mais l'inspiration me vint enfin. C'est après de longue minutes à réfléchir que je trouvai enfin la chose qui me manquait, une chose m'étant inséparable, ma survie dépendait de cet objet, c'était: Un briquet! Fier de me trouvaille, je m'allongeai sur mon lit les yeux grands ouverts, un large sourire s'affichant sur mon visage, décidément, j'étais un génie, mais mon intelligence alla encore plus loin: J'étais un docteur, quoi de plus normal que je me ballade avec une mallette remplie de scalpels et objets en tout genre, bien sûr, ce n'était que pour l'apparence, d'habitude, un bon coup là ou il faut et mes doigts suffisaient à calmer toute douleurs, enfin... presque, en tout cas, les gens ne se plaignaient plus, ou n'y arrivait pas...

Je m'équipai donc d'une ribambelle d'accesoires en tout genre, couteau, bistouris, masque gants, médicament, sédatif, laxatifs, [ Mais qu'est ce que ça fout là?! ] pansements, bandages, et tout le nécéssaire pour faire croire à un patient que l'on était bien équipé, pour le moment, mon statut de médecin s'élevais plutôt à celui de bricoleur. Je bouclai ma valise après y avoir mit quelques habits et élaborer une trousse de soin d'urgence, légère et contenant le strict minimum. Je sortit enfin, accompagné de mon fidèle calerion, cette fosi j'étais trop fatigué pour le prendre sur mon dos, je le dévoilai alors à tous en le faisant marcher à mes côtés. Les soldats me méconnaissant tremblaient de peur aux clicetis des jambes du squelette, je trouvais d'allieurs ce son très agréable, j'aurais du monter un orchestre de tibias de cadavre pensai-je ne déambulant dans le Q.G. démolit par la récente attaque. Ce spéctacle était, je ne sais pour quelle raison, soporifique, je m'endormis donc debout, et au moment ou j'allais chuter vers le sol et rejoindre le pays des songes, mon squelette attitré me rattrapa et m'emmena jusqu'au navire.

Nous quittèrent le port dès l'équipage réunit, le bruissement des vagues atteignait mes oreilles, mais n'était pas apprécié d'elles, je forçai alors calerion à bouger dans tout les sens de quoi emplire ma chambre de craquement d'os, de plus l'eau me faisait peur, et j'avais une phobie des poissons. Cette phobie datait d'il y à bien longtemps, quand on m'avais servit un poissons un peu trop frais et m'avait sauté au visage, mordu la lèvre, sortit des pattes et s'enfuire aussitôt, malgré mon intrigue pour ses mystérieuses pattes, j'était resté tétanisé sur ma chaise à me demander si j'avais rêvé, bref, je n'avais depuis touché à une seule de ces bestioles. Nous rencontrâmes alors un bateau... pirate selon la vigie, enfin temporaire, Geod avait prit place sur le mat. De tel merdes se prétendait pirate, moi qui m'attendais à une confrontation de tout les jours, des tirs de canons à en devenir sourd, mais non, Tenma avait ouvert le feu sur lui, détruisant le mât principal, ensuite notre artilleur avair descendu un bout de leur coque et deux autres mâts, le reste de l'équipage se chargea du ménage à bord, j'avais démolis un ou deux hommes d'un gros coup de pied, mon "Hammer Leg" célèbre parmis mes rares victimes encore vivantes, mon calerion avait explosé le reste, ses incapable hors-la-loi ne pouvaient croire affronter un zombie jusqu'à que leurs épées se retrouvent entre les côtes de mon serviteur, qui bien sûr de bronchait pas, et ses mains autour de leur cou, étranglant sans aucune hésitation leur propriétaire. Trosi ou quatre navire subirent le même sort pendant la traversée jusqu'à la route de tout le périls, et sans jamais un seul blessé dans nos rangs, tant mieux, j'avais la flemme de sortir mes instruments...

C'est alors que le cap des jumeaux s'éleva enfin devant notre navire, ce truc avait quand même de la gueule, quand je pensais que nous allions être transportés jusqu'en haut de cette immense montagne puis balançés de l'autre côté. Heureusement, ceci se passa sans aucun problème, à part un petit cris de surprise que m'arracha l'ascension de mont. Grand Line se dessait enfin devant moi, et devant les Screwed', malgré notre indifférence habituelle, personne ne restait totalement de marbre face à une telle grandeur. Malgré que je ne l'aie pas cité le reste des fois, je me roulai l'une des soixiantième clope de la journée presque inconsciemment tout en gardant mon regard sur l'horizon de cette route parcourue par tant de personne puissantes et riche. Peu de temps après, notre vigie temporaire, le colonel Titania, bretteur du navire annonça notre approche d'une île...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Mar 11 Nov - 2:55

[ HRPG : Non, je suis un vrai athlète, je ne fume et ne bois pas ! >< ]

Plus le temps passé à bord du galion nommé "Mandragore", plus Mello était impatient d'amarrer à un port quelqu'il soit. D'ailleurs, Grandline semblait être une mer inconnue pour lui vécu toute son enfance à West Blue aux cotés de grands criminels. Tout le long du voyage ( qui dura plus de deux mois ), les marines utilisèrent des stratagèmes pour essayer de poser le pied sur des petits îlots inhabités. Personnes n'osaient cependant demander au capitaine d'une façon normal, si l'équipage pouvait se reposé un jour ou deux sur une île déserte. Cela l'arrangeait un peu, il ne voulait guère faire de halte inutile juste pour satisfaire des marins freluqués ou trop pressés. Le vice-amiral n'avait rien trouvé de mieux à faire que de faire des pompes, abdos et autres exercices dans sa cabine en ne sortant qu'une fois par semaine pour voir si tous ce passé bien. Un entrainement dur et long de deux mois, rien de mieux pour devenir plus puissant et acquérir une force physique digne de ce nom. Or, il évitait de montrer à ses hommes que celui-ci s'entrainé de jours en jours pour des raisons inconnus. Le log pose que le navigateur du navire indiqué qu'une grosse île se trouvait pas loin, tous se tournèrent vers le vice-amiral qui fit un signe de tête en gage de oui. La Mandragore allait accosté d'ici dix bonne minutes. Pendant ce court laps de temps, Mello en profita pour préparer quelques billets, ses scalpels et autres outils de torture ainsi qu'un revolver contenant une balle en argent. Jamais dans sa vie il n'avait possédé une arme à feu ou plutôt tiré. Pourquoi emporta t-il avec lui un fusil à silex alors ? Cette balle était destiné à celui qu'il jugera bon d'achever... Le vice-amiral préféré faire souffrir ses victimes plutôt que de les tuer directement et achever un ennemi lui été jamais arriver. Un geste honorable de sa part. Il enleva sa veste et sa chemise pour être torse-nu, sa musculature n'était pas très impressionnante sans être ridicule. Une énorme cicatrice traversé son dos de la hanche droite à l'épaule gauche causé par l'un des plus grands pirates au monde... Shanks le Roux. Ce dernier lui avait infligé une correction avec une facilité déconcertante, depuis ce jour, Mello le haissait jusqu'au plus profond de son cœur et décida de le pourchasser. Voilà... Voilà pourquoi le marine avait décidé de prendre la mer si tôt et surtout sur Grandline. Un officier du quartier générale d'East Blue certifia que l'empereur des mers se trouvait sur la route de tous les périls. Ne voulant pas dévoiler la cause de leur départ sur Grandline, il le garda pour lui-même jusqu'à ce que le moment opportun vint s'annoncer.

Geod Titania appela tous le monde pour montrer que la terre était très proche et bientôt, les dix minutes écoulés, ils accostèrent dans ce port sinistre remplie de débris. Mello enfila ses vêtements en finesse et observa avec attention les dégâts très superficiels pour ne pas dire inexistants des pirates rencontraient en cour de route. Il fallait dire qu'avec une femme aussi démoniaque que Temna et son bazooka, la partie ne durait pas longtemps. Death The Kid montra ses talents d'artilleur à maintes reprises en détruisant par ailleurs, un navire entier. Deas Harrisson quand à lui, achever les pauvres fous qui osaient s'aventurer à bord de la Mandragore. Le colonel était resté sagement assis sur la chaise tout en haut du navire en ne faisant même pas attention aux combats. Cette-fois, c'était différent. Mello sortit de sa luxueuse cabine et directement, il fut agressé par Temna qui semblait surexcité comme d'habitude. Celle-ci voulait surement discuté avec le vice-amiral mais il n'en prit pas compte malgré sa forme de politesse. Le jeune homme essaya de ne pas y faire attention mais coriace, Temna se glissa entre deux marines et lui chuchota quelques mots à l'oreille. Un regard paresseux et quelque peu souriant suffisais pour la satisfaire. Dans son langage, cela signifiait "oui". Le briefing allait commencé, tous les marines sortirent du bâtiment en s'étirant comme des esclaves ayant passés deux mois dans une prison d'un mètre sur deux. Ils se regroupèrent tous autour du vice-amiral, les quatre officiers supérieurs eux, un peu en retrait.

" Je devrais directement vous faire part de mon mécontentement par rapport à votre impatience qui est forme d'une certaine immaturité de votre part. " Mello lança un coup d'oeil à Temna. " Cependant, je ne le ferais pas... Je suppose que personnes ici présent ne saient où nous sommes ? En terrain inconnue et quelques peu hostile pour l'instant j'dirais " Il pointa du doigt plusieurs carcasses et des débris qui paraissaient frais. " Par conséquent, je vous prierez de rester à bord du navire pendant que j'emmènerais un groupe de dix se chargeaient d'éclairer notre lanterne.... Le premier que je vois soufflé... aura le droit à une auscultation gratuite et bien sanglante avec notre nouveau docteur !! Sur ce... Tenma, Kid, Titania, Harrisson et les cinq gus du fond, allons-y. "

Sans attendre, le convoie avança dans cette île morbide. Une légère brume ne laissait présagé rien de bon, les fenêtres s'ouvraient et se refermaient constamment, les maisons ne tenaient que sur un fil, des hurlements de chiens donnaient des frissons à un des marines qui préféra rentré. Ce comportement n'était en aucun cas digne d'un Screwed'... en rentrant, il sera châtié sévèrement mais pour l'instant, il n'en était pas là. Geod fermait la marche sa main sur le paumeau de son sabre en guise d'avertissement pour ceux qui tenteraient d'approchés de trop près. Cela faisait maintenant plus de dix minutes que les dix marines marchaient sans rien trouver de plus vivant qu'une feuille déséché... Rapidement, Mello forma deux groupes de cinq pour accroitre les possibilités de trouver une forme de vie sur cette île. Que voulait le vice-amiral ? Des informations, Grandline lui était totalement inconnu et la découverte le faisait avancé. Mello, Temna et trois autres partirent vers l'ouest et Geod, Deas et Death plus le dernier homme vers le Nord. Reliés par un escargophone, si un problème subvenait, il serait avertit directement. Le paysage ouest était plus ténébreux que les autres, c'est pour cela que le vice-amiral avait décidé de se rendre là-bas en compagnie de Temna. L'intenable Temna, Mello la prit dans sa groupe uniquement pour ne pas gêner les quatre hommes sérieux dans leur travaille. Cependant, celle-ci allait se révéler bien plus perspicace que n'importe lequel des marines !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Mar 11 Nov - 19:12

Elle observa bien l’expression du visage de son supérieur, sachant qu’il ne dirait pas oui sur une question aussi bête mais qui était d’une vitalité extrême pour elle, seul son regard las et légèrement souriant permis à Tenma de savoir que c’était une réponse positive venant de sa part. L’agaçante jeune femme s’éloigna donc, laissant enfin ce pauvre Mello respirait. Sa main gauche parcourue sa chevelure rose comme pour vérifier qu’il ne lui avait pas menti sur l’état de sa coiffure. Ce petit détail, pourtant insignifiant pour les autres, ne l’était pas pour le lieutenant. Bien au contraire, si ses cheveux n’étaient pas impeccablement coiffés, elle était capable de péter son câble. Jamais personne ne pourrait comprendre cette obsession qu’elle avait pour la coiffure. Après avoir vérifié une bonne dizaine de fois que sa tignasse était bien en place, elle parut satisfaite et vint se ranger aux côté des autres marines, quoi qu’un peu en retrait par rapport à eux. Tourner de profil, elle regardait et écoutait les paroles du boss. Mais elle se retourna d’un seul coup en entendant les premières réflexions qui apparemment la concerner après le regard qu’on lui jetait. Elle n’était pas immature et impatiente ! Du moins ce n’est pas ce qu’elle pensait d’elle-même ! Et en guise de réponse, elle se contenta d’offrir au jeune homme une horrible grimace. Ce qui approuvait bien évidemment ses dires. Mais qu’y pouvait-on ? Elle était ainsi et ça ne risquait pas de changer mais plutôt de s’aggraver. Puis, visiblement vexée, elle se retourna alors ne prêtant plus aucune attention à ce vilain bonhomme. Elle préférait bouder visiblement. Mais elle se détendit en entendent son nom. Bah tiens ! On lui faisait des reproches mais il fallait tout de même qu’elle aille accompagner des trouillards en dehors du navire ! Quelle plaie ! Et c’est en tirant une tête d’enterrement qu’elle suivie ce joyeux équipage.

Le paysage était des plus morbides. Mais il l’était encore plus avec Tenma qui semblait avancer tel un zombie. De plus, elle ne pouvait s’empêcher de faire peur à certains marines en leur parlant d’une voix morose, leur racontant des choses horribles, rendant l’atmosphère encore plus lourde qu’elle ne l’était déjà. Mais la jeune femme se sentait bien, et ce n’est pas les fenêtres qui s’ouvraient et qui se refermaient qui l’inquiétait bien au contraire. Elle s’en servait pour effrayer les sous gradés. En même temps il n’y avait que ça à faire. On pouvait aisément dire que contrairement à ses collègues, elle semblait détendue et ne pas être sur ses gardes. Et pourtant, toujours au taqué même si elle n’en avait pas l’air, le premier à l’attaquer ce serait pris un bon coup de bazooka. Alors qu’elle prenait un malin plaisir à épouvanter un pauvre marine, des hurlements de chiens se firent entendre, ce qui comme par hasard vint renforcer l’histoire abracadabrante qu’elle venait d’inventer et de conter à ce pauvre homme qui du coup préféra rentrer. Tenma soupira alors, elle le rappela en lui disant qu’elle plaisantait mais lui n’était pas du même avis. Quel trouillard celui là ! Au bout de dix minutes, on s’arrêta et on forma deux groupes de cinq. Elle parut s’effondrer en apprenant qu’elle se retrouvait avec Mello. Pourquoi devait-elle se retrouver avec lui ? C’était pas juste ! Le destin s’acharnait sur elle. Et encore plus maussade qu’à l’accoutumé, elle suivit non pas sans un léger agacement son supérieur, suivie elle-même de trois marines.

Tenma passa bien vite à la fin de la file. Elle préférait fermer la marche, surveillant ainsi les trois guignols devant elle. Juste au cas où ils auraient envie de faire demi-tour comme l’autre. Chose qu’elle ne permettrait pas. Mais à présent, elle ne pouvait plus jouer les fantômes et effrayer ses collègues, vu l’effet que ça avait eu sur le précédent marine, mieux valait qu’elle se taise. Le silence s’était bien vite installé dans le petit groupe. Ce qui ne dérangeait pas le lieutenant qui depuis le temps s’y était habituée. La jeune femme avait adopté un rythme silencieux. Ses pas se faisaient de plus en plus légers et son souffle était au plus bas, on aurait pu croire qu’elle ne suivait plus. Pourtant elle était bien là dans la pénombre. Elle semblait enfin prendre cette histoire au sérieux. Et pour une fois elle faisait son boulot correctement sans devenir chiante. Disons que l’ambiance qui régnait n’était pas bien gaie. Le petit groupe était entouré par un épais brouillard. On ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Et il était incroyable que les cinq protagonistes ne se soient pas encore perdus de vue. Tenma, malgré ses bons yeux, avait du mal à distinguer les silhouettes devant elle. Mais elle suivait tout de même sans se plaindre, même si forçait sa vue ne lui plaisait pas tant que ça. Ils avançaient ainsi à l’aveuglette, guidaient par ce cher Vice-amiral. Une heure passa ainsi. Et même si personne ne disait rien, on commençait à se demander sérieusement si on allait trouver quelque chose. Le lieutenant pensait ainsi. Mais ce n’était qu’une question de temps non ? Ils allaient bien tomber sur quelqu’un ou sur quelque chose hein ? Gardant confiance, elle continua à avancer sans rien dire. Une heure de plus s’écoula et cette fois elle en eut assez. Deux heures qu’ils cherchaient en long en large et en travers. Rien, pas le moindre signe de vie. La vérité était qu’ils n’avaient pas beaucoup bougé mais qu’ils avaient surtout tourné en rond à cause de ce fichu brouillard. Mais ça tout le monde l’ignorait. L’autre groupe avait peut être déjà trouvé la ville qui sait ? Alors Tenma s’arrêta nette et ne supportant pas plus longtemps ce silence de mort et cette situation, elle préféra casser l’atmosphère.


-Béh y’a rien…

Une fois encore, elle venait de faire preuve d’une perspicacité épatante. Les avait-elle étonnés ? On se retourna alors vers elle, ce qui était bien sur la moindre des choses, sachant que c’était la première fois qu’elle ouvrait la bouche depuis qu’ils s’étaient séparés. On la contempla un instant. Elle vit les trois marines baissaient la tête, sans doute étaient-ils d’accord avec elle. Ils semblaient fatigués. Ils avaient marché deux longues heures sans aucune pose, dans un silence et une ambiance des plus inquiétantes, et même s’ils ne le montraient pas ils étaient soulagés de voir que le lieutenant avait réussi à trouer cette atmosphère morbide d’un ton plutôt idiot et dubitatif. Elle put voir un sourire apparaître ainsi sur le coin de leurs lèvres. Pourtant ça n’avait pas été son but premier mais qu’importe. Tenma n’était pas fatiguée et ça se voyait bien sur elle. Ce n’était pas deux petites heures de marches qui allaient la crever. Néanmoins le fait de marcher pendant deux heures sans rien trouvé et continuer sans rien dire, ça elle n’en était pas capable. C’était trop pour qu’elle ferme sa grande gueule. Elle fixa quelques secondes Mello avant d’afficher un sourire espiègle. A vrai dire elle venait de penser à quelque chose d’amusant et pas très mélioratif pour le Vice-amiral. Et comptant bien le taquiner un peu, elle se dirigea vers lui et d’un ton moqueur mais toujours aussi calme elle lui chuchota de façon à ce que personne ne puisse entendre ses quelques mots.

-Yare yare…qui aurez cru que vous n’aviez pas du tout le sens de l’orientation ? Ca fait des heures qu’on cherche et qu’on ne trouve rien ! Je suis sur que les autres ont déjà trouvé une ville au moins ! Ce n’est pas que je n‘aime pas être dans le même groupe que vous mais presque ! Pitié ! La prochaine fois prenez avec vous quelqu’un qui sait où il va parce que c’est vraiment pas votre cas ! Allez avouer ! Vous nous avez perdus ! Vous devriez me laisser passer devant ! On trouverait plus vite notre chemin parce qu'avec vous en tête de la file on arrivera à rien ! Il faut voir la réalité en face vous nous êtes d'aucune utilité dans l'immédia !

Un petit rire sortit de sa bouche, visiblement la situation l'amusait. N'était-elle pas agaçante ? Si elle l'était mais il fallait s'y attendre. Le Vice-amiral n'aurait pas du prendre cette femme aussi énervante dans son groupe. Il aurait mieux fait de la refiler aux autres marines pour avoir la paix. Mais il était si courageux qu'il avait préféré se sacrifier lui-même. Passant son bras en dessous de celui de Mello, elle lui tira gentiment la langue, et lui indiquant du doigt une direction au hasard elle reprit.

-Mon super instinct me dit d'aller par là ! De toute façon on n'a rien à perdre n'est-ce pas ? Après tout...on est déjà paumé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Dim 16 Nov - 19:57

-Béh y’a rien…

Voilà pourquoi le vice-amiral avait d'abord pensé qu'elle était plus perspicace que tous les autres marines présents. Les trois sous-officiers baissèrent la tête comme pour annoncer à leur supérieur que la jeune femme avait raison malgré elle. Têtu mais pas fou, il s'arrêta en regardant à son tour Temna qui affichait un sourire totalement nié et machiavélique. Celle-ci s'avança lentement en se frottant les mains vers Mello qui commençait à douter de ses intentions. Le lieutenant s'approcha encore plus près avant d'être une nouvelle fois à l'oreille du marine. Avant cela, il se prépara psychologiquement à ne pas s'énerver ou faire quelque chose d'insensé. Pas de quoi virer de bord pour une personne normale mais hélas pour elle, il n'en n'était pas une.

-Yare yare…qui aurez cru que vous n’aviez pas du tout le sens de l’orientation ? Ca fait des heures qu’on cherche et qu’on ne trouve rien ! Je suis sur que les autres ont déjà trouvé une ville au moins ! Ce n’est pas que je n‘aime pas être dans le même groupe que vous mais presque ! Pitié ! La prochaine fois prenez avec vous quelqu’un qui sait où il va parce que c’est vraiment pas votre cas ! Allez avouer ! Vous nous avez perdus ! Vous devriez me laisser passer devant ! On trouverait plus vite notre chemin parce qu'avec vous en tête de la file on arrivera à rien ! Il faut voir la réalité en face vous nous êtes d'aucune utilité dans l'immédiat !

Le vice-amiral afficha un léger rictus et le mécontentement vis-a-vis d'elle le rongeait. Bientôt, celle-ci l'attrapa sous le bras et continua sa petite mascarade en le narguant une fois de plus. Paumé... Mello ne pensait pas réellement l'être même si il ne savait pas vraiment où ses jambes le mené. Temna pointa du doigt un bâtiment en ruine pour ne pas changer et demanda d'y aller en se moquant encore une fois de lui. Cependant, ce petit jeu allait prendre fin. Le vice-amiral attrapa le lieutenant à la gorge et l'emmena plus loin avant de la plaquer contre le mur en lui adressant quelques mots sinistre. Celui-ci la relâcha en la regardant droit dans les yeux. Mello n'aimait pas qu'on se moque de lui, maintenant elle le savait. Normalement, aucun marines qu'il soit gradé ou non, avait l'autorisation de frapper, traiter ou plaquer un des siens. L'exception était faite dorénavant. Tout le monde aurait pu croire que le plus gradé des Screwed' n'allait en aucun cas emprunté la route que la jolie jeune femme avait si gentillement montré, or, il avança en sa direction sans regarder si les autres le suivait. Quel équipage... Même le vice-amiral était si susceptible, un gamin lui-aussi pourrait-on dire. Pendant plus de vingt minutes, ils continuèrent leurs chemin avant de tomber sur une maison habité ! Enfin ! Avant de rentrer dans celle-ci, il fit signe aux autres de rester en dehors de la baraque délabré. A peine eu t-il le temps de pénétrer à l'intérieur qu'une odeur sans nom exalté la pièce. Il y sentait le renfermé, le moisi, le rance. Elle donnait froid, elle était humide au nez et incrustait les vêtements. Elle puait le service, l'office, l'hospice... Ecoeuré par cette odeur plus qu'infecte, le vice-amiral n'avait cependant rien vu. Si vous compariez le hall à la salle à manger, vous trouveriez le hall élégant et parfumé ! Oui, la pièce entièrement boisée fut surement jadis peint d'une couleur tout autre que ce jaune moisi qui apparaissait dans tous les recoins de la maison. Les meubles étaient gluants, on pouvait écrire des mots avec la saleté qui y été déposé... Personne ne pouvait vivre dans cette "maison" crevassée, pourrie, tremblante, rongée, manchot, borgne, invalide, expirante, vieille... Les mots pour la décrire ne sortaient pas, Mello avait conscience que aucun individu ne pouvait vivre dans ce tas de merde mais encore une fois, il avait tort. Caché derrière un tas de détritus répugnant, une vieille femme d'une soixantaine d'années minimum mangé une pomme d'une couleur peu commune. Le marine n'y accorda pas de sens et s'avança doucement vers elle, sans faire de mouvement brusque. Soudain, la vieille se mit à hurler la mort et crier des noms ou des mots incompréhensibles. Fatiguée et à bout de souffle, d'un coup de couteau elle mit fin à ses jours devant lui, une giclée de sang parvint vers le vice-amiral qui se protégea grâce à son fruit du démon. Cette événement avait fait un peu avancer l'enquête... B.K... En mourant, la femme ridée et désespérée se taillada ces deux initiales que Mello connaissait évidemment. Bartholomew Kuma.

En furie, Mello poussa la porte de la maison en vomissant deux ou trois fois pour se remettre de cette odeur infâme. Plusieurs fois il aurait voulu vomir dedans mais jamais il n'en avait eu le courage. Les filets de bave et la vue de ce qu'il avait régurgité lui donna envie de remettre cela et hélas, il remit ça... Quelques minutes après avoir passé un moment seul dans son coin, laissant Temna et les deux autres en panique total à la vue du spectacle de leur supérieur, Mello reprit la route comme si de rien était... Deux longues heures plus tard, la nuit venait de tomber et enfin ! Enfin une entrée ! Une gigantesque porte laissait un vague espoir aux marines de rencontrer des personnes vivantes. Mello franchisa le seuil et un énorme filé vint s'abattre sur lui, il s'écrasa au sol. Le vice-amiral n'essaya même pas de se relever ou de se débattre, ses subordonnés allaient le faire. Débarrassé de ce piège grotesque et enfantin, prêt à exploser n'importe qui qu'il jugera bon de tuer si bien même quelqu'un était en vie ! Plusieurs secondes s'écoulèrent sans un bruit, tous avançaient sans faire de bruit dans cette sinistre ville fortifiée. Tout à coup, un bruit sourd se fit entendre en provenance du sud. Sa tête pivota et Mello vu que les deux marines furent décapités par des boulets de canons. En faisant signe à Temna de le suivre, les deux protagonistes prirent la route du nord pour s'enfoncer encore plus dans la citée et ainsi esquiver les tirs. Cependant, le nord ou le sud était envahit ! Maintenant, Mello trouvait que beaucoup trop de monde vagabondé dans les rues. Armés, les habitants se ruèrent sur eux avant qu'un cube de verre transparent les bloqua. L'homme aux instruments de torture utilisa son fruit du démon pour empêcher que ces fou furieux ne viennent porter atteinte à sa vie et à celle de son lieutenant. D'ailleurs, celle-ci semblait calme et pas du tout intimidé par tout ce vacarme.

" Bon, calmez-vous ! " dit-il avant de faire exploser sa prison de verre et par conséquent blessé beaucoup de gens avec les débris tranchants. " Je suis le Vice-Amiral Teru Ra' Mello et voici le lieutenant Quetesh S Temna ! Le prochain qui osera s'en prendre à nous finira sa vie en prison... ou mieux, sur mon navire avec tous les avantages que cela offre... Des volontaires ? " il faisait pivoter deux scalpels en les regardant droit dans les yeux " Bien... Je voudrais rencontrer votre maire, ou le chef de ce village au plus vite ! "

" VOUS ÊTES A WISKEY PEAK, ILE DE CHASSEURS DE PRIMES ! JE PEUX VOUS DIRE QUE TROIS DE VOS SOLDATS SONT ACTUELLEMENT EN TRAIN DE SE REPOSER DANS UNE AUBERGE DU CENTRE DE L'ILE !! JE PEUX VOUS Y EMMENER !! "

" Hop hop hop... arrête un peu de gueuler tu veux ? J'ai plusieurs questions... Tu as bien dit que trois de mes hommes se reposaient ? Au départ, ils étaient quatre... si par malheur l'un d'eux c'est fait tué par un de ses chasseurs, je m'occuperais de cette île pour qu'il n'en reste qu'un tas de merde bien gras, compris ?! .... Enfin, se faire buter par des boulets dans votre genre..... Passons... Ils se reposent ? Les enfoirés, au lieu de partir à notre recherche ils font "dodo".... Bon c'est bon gros tas, emmène nous là-bas et si je vois que tu pose encore une fois tes yeux de porc sur elle " chuchota t-il de façon à ce que Temna ne l'entende pas " je t'enfonce tes bijoux de famille dans ton cul... compris ?! Allez, go ! "


HJ : Scusez' moi pour le retard, problème de connection à internet... ( pas encore régler ).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   Mar 18 Nov - 21:39

Tenma savait que son supérieur était quelqu’un de susceptible, qu’il n’aimait pas les gens qui se moquaient de lui et qu’il pouvait très vite perdre patience. Elle le savait parce qu’elle était semblable. Dans ce cas on aurait pu se demander quelle mouche l’avait piqué pour qu’elle commence à l’enquiquiner à ce point. La vérité était qu’elle aimait ça, et que voir le Vice-amiral perdre son calme envers sa personne l’amusait hautement. La jeune femme le cherchait et le trouvait aisément. Elle n’avait donc pas le droit de se plaindre des conséquences que ses actes et paroles pouvaient entrainer, d’ailleurs elle ne le faisait pas. Le léger sourire qu’il affichait ne présager rien de bon pour le pauvre lieutenant. Visiblement elle l’énervait, ce qui n’était pas vraiment étonnant quand on voyait les propos qu’elle lui tenait. Finalement, il décida de la stopper dans sa lancée, ce qui n’était pas vraiment une mauvaise idée en fait. Ainsi, Tenma eut juste le temps de relever sa tête vers celle de son supérieur pour croiser son mauvais regard. Et sans prévenir, il passa sa main autour de la gorge de la jeune femme qui frémit un instant, surprise apparemment de la tournure que prenaient les choses. Ca ne lui faisait pas vraiment mal, l’homme ne la serrait pas au point de l’étouffer mais elle devait admettre que ce n’était pas bien plaisant. Se laissant faire, elle ne réagit pas non plus lorsqu’il l’emmena un peu plus loin. Ce n’est que lorsque sa peau entra en contact avec le mur moisi et froid derrière elle qu’elle commença à frissonner. Il faut dire que l’humidité qui le recouvré était assez désagréable. Mais ça n’était rien comparé aux paroles qui sortirent de la bouche du Vice-amiral. Plaquée contre le mur, incapable de bouger, elle n’avait plus qu’à écouter ce qu’il avait à dire, en espérant ne pas rester trop longtemps dans cette position, ça ne lui était pas très favorable. Les mots qu’il prononça furent très clairs, sinistres, froids et pas bien sympathiques, comme on pouvait s’y attendre venant de la part de ce genre de personnage. Mais elle ne le blâmait pas, si elle avait été à sa place, elle aurait sans doute agit de la même manière voir pire. Elle se contenta d’un mouvement de tête affirmatif pour lui montrer qu’elle avait compris. Lorsqu’il eut fini de la sermonner, il la relâcha enfin. Elle se sentit mal à l’aise lorsqu’il la regarda droit dans les yeux. Ce type savait foutre les jetons. Il était doué. Et lorsqu’il se détourna, Tenma afficha un petit sourire tout en passant ses doigts le long de sa gorge, histoire de la masser un peu. Elle aimait bien son supérieur, surtout dans ces moments là. Et pour sa sécurité elle arrêterait de l’embêter pour aujourd’hui. Pour aujourd’hui seulement, parce que arrêter pour de bon elle n’était pas sur de savoir comment faire. Mais à l’avenir elle serait plus prudente, elle ne voulait plus subir une fois de plus le même traitement même si ça la divertissait un peu. Elle le suivit en silence avant de rejoindre les autres marines, qui n’étaient pas vraiment au courant de l’histoire bien qu’ils devaient se douter que leur lieutenant en avait encore fait une. Elle s’attendait à ce que Mello prenne une direction quelconque du moment que ce n’était pas la sienne, aussi sembla t’elle étonnée de voir qu’il prenait le chemin qu’elle lui avait indiqué. Elle fut la première à le suivre, et cela sans pouvoir s’empêcher de soupirer et de lever les yeux vers le ciel, exaspéré de la comédie qu’il venait de lui faire pour ensuite lui obéir, néanmoins un sourire triomphant remplaça bien vite cette mine agacé.

On marcha vingt longues minutes, mais ça ne semblait pas grand-chose comparé aux deux heures précédentes. Puis miracle ! Ils tombèrent enfin sur une maison qui semblait habitée. Bien qu’on ne pouvait pas appeler cette bicoque comme une « maison ». C’était beaucoup trop vieux, trop en mauvais état, trop lugubre et trop moisi pour pouvoir se faire nommer ainsi. Bien qu’elle ne pouvait pas voir l’intérieur de sa position, Tenma se doutait bien que ce n’était pas luxueux, déjà rien qu’à voir le dehors…Elle fit un pas vers la baraque mais s’arrêta en voyant le Vice-amiral lui faire signe de rester à sa place. Bien sur elle ne discuta pas, de toute façon cette maison ne lui inspirait en rien confiance. Elle souhaita bonne chance mentalement à son supérieur, son instinct lui disait aussi que ça ne serait pas une partie de plaisir pour lui, elle ressentit un peu d’admiration pour Mello, qui lui évitait ainsi de s’aventurer au milieu de cette puanteur. L’odeur était tellement forte que même si elle n’était pas rentrée dans la maison, elle pouvait la sentir de sa place. Elle n’osait pas imaginer ce que ça devrait être une fois à l’intérieur. Finalement elle n’avait pas un si bon sens de l’orientation que ça, sinon elle ne serait jamais tombée sur cette bicoque. Elle déposa son bazooka sur le sol et s’appuya dessus, profitant de l’absence du boss pour faire une courte pause. Elle ne quittait pas la maison des yeux et prenait son mal en patience, attendant qu’il ressorte, en espérant bien évidemment qu’il ne meurt pas asphyxié. Parce que tout compte fait, elle n’irait pas chercher son corps dans cette masure. Finalement il ne mourut pas et ressortit un peu plus tard, mais si c’était pour le voir dégueuler juste devant ses yeux, elle aurait préféré qu’il reste à l’intérieur. Elle voulut d’ailleurs lui faire une remarque et au moment où elle ouvrait la bouche, aucun son n’en sortit, elle venait tout juste de se remémorer les quelques mots angoissants qu’il lui avait dit un peu plus tôt. Et comme elle ne tenait pas à se retrouver deux fois de suite plaqué contre un mur elle préféra se la fermer. Néanmoins elle détourna vivement la tête du spectacle, notamment lorsqu’il vomit une troisième fois. Après que le Vice-amiral se soit senti mieux, ils reprirent la route. Mais ce ne fut pas une grande réussite non plus…on marcha deux heures de plus et la nuit était tombée. Ca n’avait rien de bien rassurant. Elle s’apprêtait d’ailleurs à faire le même commentaire, et rappelait ainsi à Mello qu’il n’y avait rien. Mais finalement ce ne fut pas nécessaire parce qu’ils trouvèrent ou plutôt tombèrent par pur hasard sur une ville. Le retour à la civilisation…pas trop tôt ! Dès que le Vice-amiral franchit le seuil, un gros filet lui tomba dessus. Tenma ne put se retenir plus longtemps et pendant que les deux autres marines lui ôtaient ce stupide et enfantin piège, le lieutenant s’était retournée pour ne pas être vue et avait commencé à glousser, visiblement amusé par la situation. Mais elle retrouva bien vite son sérieux lorsque son supérieur se releva. Il avait l’air de mauvaise humeur et la jeune femme n’avait pas vraiment envie d’en faire les frais. Alors elle se tut et fit du mieux qu’elle put pour ne pas ricaner une fois de plus.

Ils avançaient, certes un peu à l’aveuglette ne connaissant pas la ville. Pour le moment celle-ci semblait déserte mais pour combien de temps ? Plusieurs secondes s’écoulèrent. Tout était affreusement calme au goût de la jeune femme. Ca ne présagé rien de bon. Elle préférait une ville agitée plutôt qu’une ville endormie. Et comme si le ciel l’avait entendue un bruit sourd retentit à ses oreilles. Un doux chant mélodieux et réconfortant qui la fit sourire, le bruit d’un boulet de canon…voilà qui lui était familier. Mais elle déchanta vite en se rappelant que cette fois-ci ce n’était pas elle qui tirait mais quelqu’un d’autre. D’ailleurs cette fois-ci c’était elle qui était prise pour cible et non l’inverse…Elle se retourna un instant, contemplant les deux marines qui venaient de se prendre des boulets de canons. Voilà qui devait faire mal. Elle soupir. Imbéciles ! Mourir aussi facilement…comme c’en était déplorant ! Enfin ce n’était ni le moment ni le lieu pour ce genre de pensées, aussi se hâta t’elle de suivre son supérieur qui déjà s’enfoncer dans la ville. Aisément ils évitèrent tous boulets de canons. Mais manque de chance, ils étaient encerclés ! Plusieurs hommes étaient déjà sur eux et les menaçaient de leurs ridicules armes. Mais qu’ils viennent ! Tenma les attendait de pied ferme son bazooka en main. Prenant pour cible un paquet, elle s’apprêtait à tirer mais Mello la prit de vitesse en usant de son fruit du démon. Alors la demoiselle frappa sa tête contre le bazooka, visiblement déçue de ne pas pouvoir se faire deux ou trois personnes, ou plutôt tout ceux qui étaient autour d’elle. Elle laissa le Vice-amiral parlait tandis qu’elle se demandait si les autres avaient eu le droit au même accueil. Peu après une rapide présentation, un homme se fit remarqué des autres et haussa le ton de la voix. Hurlant comme un fou, Tenma se boucha un instant les oreilles. Mais qu’il se la ferme bon sang ! Elle n’était pas sourde ! Pas besoin de parler aussi fort…et puis qu’est-ce qu’il avait à la regarder comme ça ? Elle avait un bouton sur le nez ou quoi ? Il voulait peut être une photo ? Et qui est-ce qui l’avait autorisé à mater hein ? Elle le fusilla du regard, lui faisant passer l’envie de continuer à la regarder. Non mais ! Il évoqua alors la présence de l’autre groupe sur l’ile. Bande de faignasses ! Quand elle songeait qu’elle avait du se payer Mello durant un peu plus de quatre heures, qu’elle s’était faites sermonnée comme il faut par celui-là même et qu’ne prime elle l’avait vu régurgiter son déjeuner…contrairement à elle ils menaient la belle vie…rhaaa pourquoi avait-elle du être dans le même groupe que le Vice-amiral ?

Mello répondit ensuite, demandant à ce qu’on les accompagne vers l’auberge où résidaient ces messieurs. Mais à un moment, curieusement son supérieur baissa le ton de sa voix, si bien qu’elle n’entendit pas ses paroles, elle eut beau tendre l’oreille qu’elle ne comprit rien. Rien hormis le groupe de mots « bijoux de famille » mais ça ne l’aidait pas beaucoup. Et puis pourquoi chuchotait-il si c’était uniquement pour parler de bijoux hein ? Ca n’avait pas de raisons…de plus le simple fait d’entendre le jeune homme parlait de bijoux l’étonner. Où pouvait-il bien vouloir en venir ? Elle l’ignorait et lorsqu’ils se remirent en route, elle décida d’élucider ce mystère et curieuse, elle demanda.


"Pourquoi parliez-vous de bijoux de famille ? Vous en avez sur vous ? Je ne comprends pas…et puis pourquoi dire ça à voix basse ? A un parfait crétin qui plus est ! Vous ne me faîtes donc pas confiance…pour parler de bijoux en plus ! Je suis sur que je suis mieux placer que ce gros-lard pour comprendre ce genre de choses ! Après tout je suis une femme ! Je peux les voir au faîte vos bijoux de famille ? Je ne savais pas que vous en aviez…c’est de l’or ?"

Blablatant avec son supérieur, elle remarqua à peine les drôles de chasseurs qui la regardaient du coin de l’œil. C’était énervant, être épié de la sorte. Ca faisait un peu trop escorte à son goût. Ils feraient d’ailleurs mieux de changer de comportement. Ce n’étaient pas des gus qu’ils avaient devant eux mais des marines, de redoutables marines. D’ailleurs, elle n’avait aucune confiance en ces chasseurs et si ça ne tenait qu’à elle, elle les aurait déjà envoyés au cimetière pour avoir osé tuer injustement d’autres marines. Etait-ce si difficile de différencier des pirates et des marines ? Ils auraient pu se renseigner avant d’ouvrir le feu. Le résultat était là : Tenma ne les connaissait pas mais elle les détestait déjà et le premier qui ferait un pas de travers se prendrait son bazooka en pleine face.

Au bout d’un moment, après avoir passé un nombre incalculable de ruelles, qui étaient soi disant un raccourci ils atteignirent enfin la place principale de la ville. Ils s’arrêtèrent devant un bâtiment. Il n’était pas bien grand et pas bien haut. Ca n’avait rien d’une auberge en fait, mais plus d’une maison normale. Les volets étaient clos, néanmoins la lumière qui s’échappait du bas de la porte d’entrée montrait bien qu’il y avait quelqu’un dedans. C’était donc ici que résidé l’autre groupe ? Sans rien dire elle laissa le Vice-amiral faire le reste, toujours derrière lui, le visage à moitié caché derrière son bazooka, cachant ainsi le petit rictus qu’elle affichait sur ses lèvres, la scène risquait d’être intéressante. Elle attendit donc de voir comment allait se passer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où sommes-nous ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où sommes-nous ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?
» Sommes-nous morts?
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» - Quel jour sommes-nous ? - Aujourd'hui - Chic, c'est mon jour préféré !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Sanctuary V2 :: GrandLine :: GrandLine :: Whiskey Peak-
Sauter vers: